03/07/2014

Joëlle Milquet (CDH) dans le collimateur de la Justice !

Milquette.jpg

 

Joëlle Milquet (CDH) dans le collimateur de la Justice !                                                              

 

 

 

Le FW ( Front Wallon) tient à répercuter largement que pour sa campagne électorale du 25 mai à Bruxelles, Joëlle Milquet  a embauché, au sein même de ses deux cabinets, plusieurs collaborateurs tous d’origine étrangère, (marocain, turc, congolais) chargés de lui faire rencontrer un maximum d’électeurs dans plusieurs communes bruxelloises, à forte population issue de l’immigration, notamment la grande soirée au concert Noble pour la célébration des 50 ans de l’immigration turque et de Recep Erdogan premier ministre, islamiste à la quête d’une adhésion à l’UE, ce que le FW refuse catégoriquement.

 

La mission des collaborateurs, engagés sur base de leur compétence, pas des origines, se targue à dire la ministre, devait se dérouler en dehors des heures normales de travail et des jours de congé (Source Belga, le Vif/l’Express).

 

 Or, la charge de travail à accomplir étant conséquente, le Front Wallon doute que des dérapages ne se soient pas produits.

 

Il resterait à déterminer qui a supporté les dépenses électorales, l’intéressée qui, par sa longue carrière politique en a certainement les moyens, ou avec l’aide de cabinets ministériels ?

 

Joëlle Milquet nie catégoriquement avoir préparé sa campagne depuis son ministère, ce sont des rumeurs sans aucun fondement dit-elle.

 

Cependant, pour le Front Wallon le doute persiste, sachant qu’elle est originaire de Charleroi, ville par excellence où les combines de toutes natures perdurent, malgré les déclarations de transparence, d’éthique, des uns et des autres.

 

A bonne école, bonne élève ?

 

De telles pratiques, si avérées, sont préjudiciables à la démocratie, aux citoyens et aux petits partis, constamment dénigrés pour qu’en haut lieu toutes les violations de bonne conduite soient permises.

 

Ayons confiance en la justice.        

 

Le FW, si les informations d’occupation illégale de collaborateurs s’avèrent exactes, exige que dans le décompte des frais électoraux de Joëlle Milquet soient inclus totalement les coûts des dix collaborateurs, pris actuellement en charge par les cabinets qu’elle préside comme vice-première ministre et ministre de l’Intérieur.

 

Pour le FW, il est évident que s’il en est ainsi, il y a dépassement non admissible des dépenses électorales de Joëlle Milquet qui doit être lourdement sanctionnée et privée de son mandat de député et exclue d’une éventuelle désignation comme ministre.  

13:18 Écrit par LE COMITE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.